Categories KnickstoryTop 25

Top 25: #23 Stephon Marbury, L’incroyable destin d’un enfant de Brooklyn

Aujourd’hui dans le top 25 des plus grands joueurs des Knicks, on va vous parler de quelqu’un de spécial. Comment ne pas évoquer l’enfant de Conney Island, ce magicien des parquets qu’était Stephon Xavier Marbury, ou plutôt Starbury pour les intimes. Car si vous avez grandi avec la NBA durant les années 2000, il est impossible que vous soyez passé à côté du phénomène Marbury !

Né à Brooklyn le 20 février 1977, tout semblait prédestiné à ce que Stephon soit un jour un joueur des Knicks de New-York. Sélectionné en 4ème position lors de la Draft 1996 par les Bucks, il sera rapidement échangé aux Tiberwolves contre un autre petit jeunot nommé Ray Allen. Si la draft de 1996 est réputée comme l’une des plus prolifique de l’histoire de la NBA et surtout comme celle faisant directement entrer le street-ball dans les parquets de la grande ligue, Marbury n’y est pas pour rien. Le jeune meneur d’1 mètre 88 a le bitume dans le sang, il est un pur produit des terrains de New-York. 

Avant d’illuminer le parquet du Madison Square Garden de ses actions époustouflantes, Marbury fera un long détour d’abord par le New-Jersey chez les Nets de 1998 à 2001, puis dans l’Arizona chez les Suns de 2001 à 2004. Mais une chose est sûre, partout ou Starbury a posé ses affaires, il aura marqué le coeur des fans. Mais c’est bien chez les Knicks que le joueur va devenir l’idole de toute une ville et d’une génération de fans qui n’oublieront jamais le meneur. Néanmoins Marbury reste aussi le symbole de l’échec et de la déchéance de la franchise qui débuta au début des années 2000. Il sera l’une des premières victimes d’un management catastrophique, spectateur et acteur d’une véritable chaise musicale des coachs. 

Au final, pour les fans Marbury évoque un mélange d’admiration et de déception, car le joueur avait tout pour illuminer la Big Apple pendant de longues années. Il signera un buyout avec les Knicks fin 2008, néanmoins l’histoire d’amour entre Starbury et la balle orange n’en n’est pas à sa fin, loin de là ! Stephon connaîtra une véritable renaissance en Chine, symbolisant une conquête de l’Est pour le meneur. Car si à New-York il est une idole pour tous les fans de basket, en Chine, Marbury est une icône nationale ! 

Starbury aura marqué les mémoires avec son jeu très marqué par le street-ball, crossover, dunk, lay-up acrobatique, gros tir à 3 points, caviar, tout y est passé. Sur l’ensemble de sa carrière, Marbury aura tourné à : 19 points à 43% au tir dont 32% à 3 points, 7.6 passes décisives, 3 rebonds et 1 interception par match.

Néanmoins si vous voulez en connaître plus sur la fabuleuse l’histoire de Stephon Marbury, je vous invite TRÈS fortement à lire le magnifique article de The Knicks Book, un autre membre du Cercle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *