Categories KnickstoryTop 25

Top 25 : #20 Amar’e Stoudemire, un sentiment d’inachevé

On continue notre top 25 aujourd’hui et on rentre dans le top 20 avec un joueur que tout le monde connaît car c’est de l’histoire récente… Amar’e Stoudemire.

Carrière pré-Knicks

Avant de rejoindre New York, Amar’e Stoudemire est devenu l’un des joueurs les plus dominants de la ligue aux Phoenix Suns en formant un excellent duo avec le double MVP Steve Nash. Ensemble les deux hommes vont porter les Suns en playoffs mais vous toujours échouer aux portes des Finales NBA. Souvent comparé au duo StocktonMalone pour leur complémentarité sur pick and roll, le duo Nash – Amar’e va marcher sur la conférence Ouest pendant de nombreuses années. En 2004-05, Stoudemire tourne à 26 points de moyenne, son meilleur total en carrière. Les problèmes au genou commencent à surgir en 2005 et il ne jouera que 3 matchs lors de l’exercice 2005-06. Cet incident de parcours ne pas lui empêcher de dominer lors des saisons suivantes et il est désigné All-Star starter en 2007 ainsi que All-NBA First Team. Lors des playoffs 2010, les Suns échouent une nouvelle fois en finale de conférence face aux Lakers (futurs champions) en 6 matchs.

«  The Knicks are back « 

En juin 2010, Amar’e Stoudemire décide d’opt-out de son contrat avec les Suns et de devenir agent libre, la même année que LeBron James, Chris Bosh ou encore Joe Johnson. Le 5 juillet 2010, il trouve un accord avec les New York Knicks pour un contrat de 5 ans et 97 millions de dollars. Il rejoint ainsi son ancien coach aux Suns Mike d’Antoni et déclare cette fameuse phrase lors de son introduction :  » The Knicks are back « , signalant aux fans le retour de la franchise au premier plan après une décennie de galère.

Sa première saison est une franche réussite. Le 15 décembre 2010 suite à une défaite face aux Celtics, Stoudemire bat un record de franchise en inscrivant 30 points minimum lors de 9 rencontres de suite. Le roster des Knicks fonctionne à merveille sous les ordres de d’Antoni avec un Stoudemire plus dominant que jamais et des jeunes joueurs comme Wilson Chandler ou encore Danilo Gallinari. L’alchimie est parfaite et Stoudemire est de nouveau désigné pour démarrer au All-Star Game au côté de Derrick Rose, LeBron James, Dwyane Wade et Dwight Howard. Il devient le premier Knick à démarrer le match des étoiles depuis un certain Patrick Ewing.

Melodrama

Seulement, les dirigeants des Knicks souhaitaient apporter une autre superstar au côté de Stoudemire afin d’aider STAT dans sa quête du titre. Le 11 février 2011, les Knicks montent un blockbuster trade avec les Nuggets et les Wolves afin de récupérer Carmelo Anthony, pourtant en fin de contrat du côté des Nuggets. Dans l’échange, les Knicks se séparent de certaines pièces maîtresses de leur roster comme Gallinari, Chandler ou encore Raymond Felton. Les Knicks finissent la saison avec un bilan de 42 victoires pour 40 défaites et retrouvent les Playoffs pour la première fois depuis 2004. Ils finissent par prendre un sweep face aux Celtics dans une série que Stoudemire n’aura que très peu connu car il était blessé. Stoudemire finit tout de même la saison avec des moyennes plus que respectables 25.3 points, 9.1 rebonds, 2.6 passes et 2 contres ! Il fut également nommé dans la All-NBA Second Team.

Blessures et problèmes de fit

Les saisons suivantes vont être compliqués pour Amar’e Stoudemire. Entre temps, les Knicks ont acquéri Tyson Chandler afin de venir former un big three avec Carmelo Anthony et Stoudemire. Mais très vite les problèmes de fit vont apparaître, les Knicks sont meilleurs avec Carmelo Anthony au poste 4 entourés de shooteurs et d’un rim protector en pivot, rôle qui allait parfaitement à Tyson Chandler. Très vite, Stoudemire ne trouve plus sa place dans l’effectif des Knicks. De plus, il a pris du poids lors du lockout en 2011 et a perdu de son explosivité. En 2011-2012, les Knicks retrouvent les Playoffs et doivent faire face au Miami Heat des three amigos. New York s’incline en 5 matchs et cette série est également connu pour la fameuse blessure à la main de STAT après le game 2, lorsqu’il a frappé la vitre de l’extincteur dans les couloirs de l’American Airlines Arena. Il revient tout de même pour le game 4 et pour offrir la première victoire en playoffs des Knicks depuis 2001. New York finira tout de même par s’incliner 4-1 face aux futurs champions, en toute logique.

La saison 2012-2013 est une véritable réussite pour les Knicks mais pas pour Stoudemire. La franchise sous les ordres de Mike Woodson finit avec un bilan de 54 victoires pour 28 défaites et s’en va remporter sa première série de Playoffs depuis 2000 avant de s’incliner en demi-finale de conférence face aux Pacers. L’homme fort de cette saison c’est Carmelo Anthony. Il finit 3ème au classement de MVP et meilleur scoreur de la ligue. Stoudemire dans tout ça ? Il rate les 30 premiers matchs de la saison suite à une blessure au genou. Cette même blessure lui fera manquer la fin de la saison régulière et la série contre les Celtics. Au final, Stoudemire ne dispute que 29 matchs cette saison et sera 6ème homme pour la première fois de sa carrière, les Knicks ayant trouvé une alchimie avec le duo Melo – Chandler à l’intérieur.

Les saisons suivantes ne seront que des déceptions pour les Knicks et pour Stoudemire. En 2013-2014, Stoudy ne débute que 21 matchs sur 65 disputés. La saison d’après, l’arrivée de Phil Jackson et l’installation du triangle rend la présence de Stoudemire compliquée. D’ailleurs, le joueur ne doit sa présence dans le roster qu’à son salaire élevé, empêchant le nouveau dirigeant des Knicks de l’échanger. En février 2015, dans la pire saison de leur histoire, les Knicks trouvent un accord avec Amar’e Stoudemire pour un buyout. Il quitte les Knicks après 4 saisons et demi disputés.

Après-Knicks

Stoudemire a joué dans deux franchises après son départ des Knicks : les Dallas Mavericks et le Miami Heat. Rattrapé par l’âge et les blessure, STAT n’a jamais eu l’impact souhaité dans les franchises respectives et finira par s’envoler pour Israel, pays dans lequel il joue toujours aujourd’hui.

On retiendra Amar’e Stoudemire aux Knicks comme le symbole du renouveau annoncé des Knicks au début des années 2010. Il sera également le symbole de l’échec avec son contrat devenu handicapant suite à ses blessures récurrentes. Son association avec Carmelo Anthony n’a jamais vraiment fonctionné au plus grand regret des fans des Knicks. Mais Stoudemire c’est aussi un joueur qui a accepté de relever le challenge de New York à la free agency 2010 lorsque le big three s’est créé du côté de South Beach. Aux Knicks c’est aussi 17.3 points marqués et 6.7 rebonds en 255 matchs ainsi qu’une sélection au All-Star Game et une nomination en All-NBA Second Team. Et rien que pour tout ça, il méritait sa place dans notre top 25. Merci pour tout Amar’e !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *