Categories KnickstoryTop 25

Top 25: #19 Dick Barnett : « Fall Back Baby »

Pour cette 19ème place du Top25, zoom sur Dick Barnett, meneur scoreur au parcours atypique, qui sera resté 9 ans à New York, remportant les 2 seuls titres du palmarès new-yorkais. Véritable légende du Garden, “Fall Back Baby” peut se targuer d’avoir son numéro 12 au plafond de la Mecca du basket. 

La gloire avant les Rolls Royce : 

Après 3 années universitaires pleines à Tennesse State (Barnett est élu 3x All-American, 3x champion, et 2x MVP), le natif de Gary dans l’Indiana débarque chez les Syracuse Nationals (qui deviendront plus tard les Philadelphia 76ers) lors de la Draft 1959, la même année qu’un certain Wilt Chamberlain. Après seulement 2 années, Dick Barnett quitte Syracuse et la NBA pour les Cleveland Pipers, franchise d’ABL (autre ligue américaine de basket-ball) où il gagnera le titre en 1962.  

Cependant, l’appel de la NBA est trop fort pour Barnett qui signe son retour dans la grande ligue en rejoignant les Lakers. Après 3 saisons correctes chez les Angelinos, Barnett va découvrir une 3ème franchise. La bonne. Celle où Barnett va devenir un champion NBA, un All-Star, et un Hall of Famer. Cette franchise, c’est évidemment les Knicks de New York. Arrivé en 1965, Fall back baby” va vivre deux aventures, deux vies, au sein d’une même franchise. Tout d’abord, celle du All-Star, et celle du magnifique duo de guards avec un certain Walt Frazier, qui mènera au premier titre new-yorkais en 1970. Lors de cette campagne, Barnett sera un élément majeur et déterminant de l’équipe, avec ses 15 pts de moyenne en saison régulière et 17 en play-offs. 

Une « perle » de plus dans le collier de champions new-yorkais :

Sa deuxième vie à New York intervient en 1972, quand les Knicks décident de signer Earl “The Pearl” Monroe afin d’aligner le célèbre “Rolls Royce backcourt”, composé de Monroe et de Frazier. Barnett est relégué au rang de role player de luxe en sortie de banc, mais contribue, comme à son habitude, avec son shoot si particulier. Un deuxième titre viendra orner le palmarès new-yorkais de Dick Barnett, qui prendra sa retraite après deux petites saisons de plus. 9 ans à New York, donc, deux titres, une sélection au All-Star Game de 1968, et un numéro 12 étendu pour l’éternité au sommet du Madison Square Garden. 

Signature Move :  

C’est lors de son séjour californien que Dick Barnett se voit surnommer Fall Back Baby” par le légendaire Chick Hearn, ancien commentateur mythique des Lakers. La raison ? Son shoot atypique, avec les deux jambes se jetant vers l’arrière à 90 degrés au moment de la suspension. Un shoot particulier qui ne l’a pourtant pas empêcher d’être un scoreur respectable en NBA avec plus de 15 pts de moyenne en carrière.

 

Sa carrière de Knick: 

  • 15,6 pts – 2,9 pd – 2,8 rbd à 46,4% au tir en 604 matchs 
  • 1x All-Star (1968) 
  • 2x Champion NBA (1970 – 1973) 
  • 4x dans le Top20 des meilleurs scoreurs de la ligue 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *