Categories KnickstoryTop 25

Top 25 : #14 Mark Jackson, passeur dans l’âme

On continue notre top 25 All-Time aujourd’hui, avec à la place numéro 14, Mark Jackson.

Mentalité New-Yorkaise

Né à Brooklyn en 1965, Mark Jackson foule très rapidement les playgrounds de la Grosse Pomme en étant jeune. Il se forge d’ailleurs une forte réputation sur le bitume New-Yorkais, sa mentalité de gagneur et de ne rien lâcher étant déjà présente dès son plus jeune âge.

Il intègre alors l’université de St. John’s, où il évoluera notamment au côté d’un certain Chris Mullin, qu’il considérera comme son mentor.

Le petit meneur d’1m85 finit son parcours universitaire avec 10.1 points et 5.6 passes de moyenne.

Drafté par les Knicks

[media-credit id=8 align= »none » width= »294″][/media-credit]

Jackson est drafté en 1987, avec le 18ème pick, par les Knicks. Il arrive donc dans une équipe en reconstruction, sans playoffs depuis 4 ans. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Mark Jackson fait des débuts tonitruants dans la grande ligue. Il devient meneur titulaire indiscutable, se trouve parfaitement avec le grand Patrick Ewing, et gère à merveille le jeu New-Yorkais. Ses stats le prouvent : 13.6 points, 10.6 passes, 4.8 rebonds et 2.5 interceptions de moyenne. Ce qui lui vaut le titre de Rookie of the Year. C’est d’ailleurs le rookie le plus haut drafté ayant obtenu cette récompense depuis que le système de loterie existe (record désormais détenu par Malcolm Brogdon).

Mais au-delà des stats et de ce titre honorifique, c’est bien les Knicks qui retrouvent les playoffs à la fin de cette saison.

La saison 88-89’ est celle de la confirmation pour Jackson. Avec quasiment 17 points (record en carrière) et toujours plus de 10 caviars distribués par match, Jackson accompagné d’un Ewing dominant, permet aux Knicks de s’installer comme une équipe solide de la conférence Est. Il sera d’ailleurs All-Star pour la seule fois de sa carrière au cours de cet exercice.

Mais malgré ses bonnes prestations, Jackson peine par son irrégularité, notamment en playoffs où les Knicks n’arrivent pas à passer l’obstacle Bulls de Jordan.

Après un nouvel échec au 2nd tour face aux… Bulls, Jackson est donc transféré aux Clippers à l’été 92 en échange de Doc Rivers et Charles Smith.

Mark Jackson est encore aujourd’hui le 2ème meilleur passeur de l’histoire des Knicks derrière l’intouchable Walt Frazier, et il est aussi l’un des cinq seuls joueurs de l’histoire NBA à avoir dépassé les 10.000 passes en carrière. Les 4 autres à côté de lui ? Stockton, Magic, Nash & Kidd. Cela vous place quand même le monsieur.

Un bon baroudeur

Avec pas moins de 9 changements de maillot en 17 ans de carrière, Jackson a fait du chemin. Après son cours passage à Los Angeles, il atterrit à Indiana où il passera le plus de temps. En 6 ans à Indianapolis, Jackson formera avec Reggie Miller et Rik Smith une sérieuse équipe contender à l’Est.

Après être passé aux Nuggets, puis aux Raptors, Jackson revient à New York au cours de la saison 2001. Il deviendra meneur titulaire pour les 29 derniers matchs, et permettra à la franchise orange et bleu de terminer 4ème.

Pour finir son long chemin en NBA, Jackson signera à Utah en 2002 pour être back-up de John Stockton, avant de finir sa carrière à Houston, et de prendre sa retraite en 2004.

Notre futur coach ?

[media-credit id=8 align= »none » width= »360″][/media-credit]

En plus d’avoir eu une carrière NBA solide et d’être un formidable passeur, Mark Jackson est désormais coach. 3 ans à la tête des Warriors, de 2011 à 2014. Si Steve Kerr a fait passer un cap à cette équipe, il est indéniable de noter le travail de fond réalisé par Jackson avec Steph Curry et Klay Thompson.

Avec Mike Miller en intérim, il est possible de penser que Mark Jackson est un candidat possible pour être le futur head coach des Knicks. Sa carrière avec cette franchise pèse pour lui, mais en revanche sa fin d’aventure aux Warriors est un énorme frein. En plus d’être dans des affaires extra-sportive, Jackson est parti en se mettant à dos des joueurs et même des membres de l’association Golden State. 

Alors en attendant de savoir si Mark Jackson sera ou non sur le banc new-yorkais la saison prochaine, régalez vous et admirez son career-high avec les Knicks (34 points en 1988).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *